J’avais du mal à dormir et j’ai commencé à prendre des somnifères en vente libre, qui me donnent envie de dormir pendant la jour Y a-t-il autre chose que je peux prendre pour pouvoir dormir?

Le 26 septembre 2016

Tout le monde a de la difficulté à s’endormir de temps à autre. C’est habituellement en raison d’un facteur stressant, comme une maladie ou de la tristesse. L’insomnie est un symptôme courant de plusieurs problèmes de santé, tels que la dépression, l’anxiété ou la douleur. Fait intéressant, bien que l’insomnie puisse être un symptôme de dépression, l’insomnie chronique sur une période d’un an ou plus peut aussi mener à la dépression.

La définition d’insomnie est relativement simple : de la difficulté à s’endormir ou de la difficulté à rester endormi, ou encore se réveiller trop tôt le matin sans pouvoir se rendormir. L’insomnie est considérée comme chronique si elle entraîne un sentiment de détresse ou vous empêche de fonctionner normalement pendant la journée, se produit au moins trois fois par semaine pendant au moins trois mois, et est liée à d’autres facteurs comme l’alcool.

Le traitement n’est pas évident. Vous devez d’abord consulter votre médecin pour qu’il détermine si un problème de santé mentale ou physique peut vous causer de l’insomnie. Vous devriez aussi discuter avec votre pharmacien de votre médication, car l’insomnie peut être l’effet secondaire de certains médicaments, y compris des médicaments d’ordonnance ou en vente libre, des remèdes naturels ou à base de plantes, ou encore des drogues à usage récréatif.

Bien que les médicaments pour traiter l’insomnie fonctionnent à court terme, ils perdent de leur efficacité au fil du temps. Par contre, les effets secondaires demeurent, comme une sensation de « lendemain de veille », de la confusion mentale, un manque de contrôle musculaire, une dépendance, des symptômes de sevrage et même une insomnie rebond. Les risques associés à la prise de médicaments peuvent donc l’emporter sur les avantages.

Pour traiter l’insomnie chronique, il vaut mieux changer ses habitudes de vie; c’est un traitement plus efficace et, à long terme, moins risqué. Les consignes suivantes devraient donc être intégrées à votre plan de traitement :

  • Adoptez une bonne hygiène du sommeil, c’est-à-dire allez au lit seulement lorsque vous avez sommeil, respectez un horaire de sommeil régulier (même la fin de semaine), évitez les siestes et utilisez votre lit pour le sommeil seulement (bon... et pour vous savez quoi...). Et si vous n’êtes pas endormi au bout de 20 à 30 minutes, levez-vous.
  • Évitez les stimulants, comme la caféine (après l’heure de midi) de même que l’exercice, la nicotine, l’alcool et les repas copieux (dans les deux heures précédant l’heure à laquelle vous allez habituellement vous coucher).
  • Essayez des techniques de relaxation, comme la méditation, le yoga et la respiration profonde.
  • Les exercices d’aérobie, même de la marche rapide, peuvent favoriser un sommeil plus profond et réparateur.

Si vous n’y arrivez toujours pas, ce serait bien de tenir un journal pour faire le suivi de vos habitudes de sommeil et de votre réponse au traitement. Gardez à l’esprit que ces bonnes habitudes ne provoqueront pas une amélioration immédiate de votre sommeil, mais qu’elles se révéleront efficaces à la longue; vous devez donc persévérer. Si votre sommeil demeure insuffisant, vous pouvez demander à votre médecin si l’ajout d’un médicament à vos nouvelles habitudes pourrait vous aider. La plupart des médicaments pour le sommeil – même les médicaments naturels – sont recommandés pour une utilisation à court terme seulement – deux semaines tout au plus. Et les antihistaminiques en vente libre ne sont pas recommandés du tout.

Bref, pour répondre à votre question du début, la meilleure option qui s’offre à vous est d’arrêter la prise des médicaments en vente libre, d’établir de saines habitudes de sommeil à long terme et de consulter votre médecin pour déterminer si la prise temporaire d’un médicament comme traitement additionnel pourrait vous convenir.